Le réchauffement climatique nous contraint à remettre en question les techniques usuelles de refroidissement des datacenters, car ils sont responsables d'une grande partie de la consommation d'énergie de l'économie numérique. Réduire la consommation d'énergie constitue la priorité absolue de notre secteur, suivie de près par la conservation de l'eau et la gestion des déchets. À titre de comparaison, un seul datacenter peut utiliser la même quantité d'énergie qu'une petite ville et nécessite une importante quantité d'eau pour son refroidissement.

Notre consommation d'eau a été multipliée par 6 au cours du dernier siècle à l'échelle mondiale et aujourd'hui elle continue de croître de 1% chaque année (ONU, 2020). Nous souhaitons démarrer la Semaine verte de l'UE en 2021 en brisant le tabou de l'utilisation de l'eau dans les datacenters afin de sensibiliser le public à la crise mondiale de l'eau.

La semaine verte de l'UE est également l'occasion pour nous de continuer à remettre en question les pratiques de notre secteur en matière de consommation d'eau et de proposer des solutions crédibles pour faire en sorte que nous prenions collectivement la responsabilité afin de préserver notre ressource la plus indispensable.

En tant que leader européen du cloud, maîtrisant l'ensemble de notre chaîne de valeur, nous sommes l'un des rares acteurs du numérique à être conscients de notre responsabilité en tant que citoyens du monde. Nous nous engageons à appliquer des pratiques durables qui aient un impact positif, qui soient réalisables et qui, en fin de compte, servent de référence au secteur des datacenters dans les années à venir. Pour en savoir plus à propos des 10 engagements environnementaux du Groupe Iliad.

La numérisation croissante et exponentielle de l’économie peut tout autant augmenter l’empreinte environnementale, qu’accélérer la transition écologique.

En Europe et dans le monde entier, nous avons été projetés dans le plus grand moment de transformation digitale de son histoire, nous, acteurs du numérique, avons la possibilité de nous positionner comme piliers incontournables de l’économie de demain en mettant ces forces transformatrices au service d’une société plus juste, plus responsable et plus verte. Et parce que 80 % de l’informatique mondiale n’est pas encore dans le cloud, cette nouvelle phase de transformation ne fait que commencer.

Vers fin 2019, la Commission européenne (CE) a présenté la feuille de route Green Deal comme solution pour une transition numérique durable. Alors que le cloud n'en est encore qu'aux premiers stades de son développement, il est temps - plus que jamais - de prendre des décisions afin que les bénéfices de la nouvelle économie numérique ne soient pas annulés par des impacts écologiques délétères et de renforcer le leadership écologique, numérique et économique de l'UE, tout en créant une Europe et une planète plus saines et socialement plus justes.

Cela peut vous surprendre, mais l'une des premières choses à faire pour améliorer notre impact environnemental numérique est d'utiliser le cloud et de tout concentrer dans des datacenters. (https://www.iea.org/commentaries/data-centres-and-energy-from-global-headlines-to-local-headaches).

L’eau : le tabou des datacenters

Alors que le secteur est encore sous surveillance étroite par rapport aux émissions de carbone et que la rareté de l’eau sera bientôt le point de mire de l’attention générale, nos clients ont besoin de mieux comprendre l’urgence du problème auquel le secteur est confronté en matière de consommation d’eau.

Le monde fait déjà face à ce qui est communément appelé la crise mondiale de l'eau, qui s’ajoute au changement climatique. L'augmentation des besoins en eau, la croissance démographique et l’inégalité de l’accès aux ressources sont au cœur de cette crise, encore exacerbée par le changement climatique. Mais il existe des solutions !
- Marie-Laure Vercambre, Partenariat Français pour l'Eau.

Il est inadmissible qu'aujourd'hui, en 2021, nous continuions à omettre la consommation d'eau dans le calcul de l'efficacité d'un datacenter.

L’accent presque singulier de l’industrie sur la performance énergétique néglige d’autres éléments-clés de la performance environnementale, tels que l’efficience de l’usage de l'eau.

La course à la performance énergétique, enrobée par le vernis marketing, pousse les datacenters les plus efficients, salués par tout le marché, à des pratiques inavouables : le gâchis de millions de mètres cubes d’eau potable dans les tours de refroidissement, lequel est un processus caractérisé par des risques sanitaires et environnementaux considérables. Cette pratique, qui est presque interdite en France, persiste dans certains pays européens et doit être réglementée au niveau mondial. Il est temps de faire face aux conséquences inexcusables des tours de refroidissement et de prendre des mesures concrètes pour changer les choses et les interdire en Europe. (TIME)

Juste quelques grammes d’eau évaporée dans l’air, quelques heures par an

Plutôt que de planter des arbres ou d'acheter des champs d’éoliennes, nous préférons réfléchir et innover là où nos efforts responsables peuvent avoir l’effet le plus marquant : l’utilisation de l’énergie, à sa source. Nous utilisons des technologies qui font du sens pour chaque collaborateur Scaleway en tant que citoyen conscient et soucieux de son empreinte environnementale. Nous sommes un acteur majeur du numérique et nous ne nous contentons pas d’innover, mais nous garantissons également un service d’une qualité et d’une fiabilité irréprochables. DC5 est très différent d'un datacenter traditionnel. En savoir plus sur notre refroidissement adiabatique.

À l’heure où les Etats et l’Europe se questionnent sur l’empreinte énergétique et écologique du numérique, il y a plus que jamais place, par incitation ou par contrainte, pour changer les habitudes et pour remettre l’innovation au cœur du sujet des datacenters.

Il est nécessaire de prendre conscience qu’il est plus important d’innover pour réduire l’empreinte énergétique et l’utilisation de l’eau à la source plutôt que de sortir des liasses de billets verts pour compenser.


Des horizons différents, un seul objectif : mettre sur la table la question de la consommation d'eau dans les datacenters.

💧Zero water data centers by 2030: mission impossible? (Datacenters sans eau d'ici 2030 : mission impossible ?)

Le jeudi 3 juin 2021, 16h30 - 18h00 C.E.T.

Dans le cadre de la Semaine verte de l’UE, Scaleway, en partenariat avec The Greentech Alliance et The Next Web, est ravi de vous inviter à une table ronde virtuelle :

Arnaud de Bermingham, Président et fondateur de Scaleway, sera accompagné d’un panel de parties prenantes du numérique, du secteur de l’eau et d’acteurs institutionnels nationaux et européens :

  • Lubomila Jordanova, modératrice de la table ronde, co-fondatrice de The Greentech Alliance & fondatrice et CEO de PlanA.Earth ;
  • Marie-Laure Vercambre, Directrice générale du Partenariat Français pour l’Eau ;
  • David Mytton, chercheur en cloud computing durable à l’Uptime Institute et co-fondateur de Console ;
  • Manuel Mateo Goyet, chef d’unité adjoint, “cloud and software”, DG CONNECT (Commission européenne).

Le député, Vincent Thiébaut, rapporteur de la proposition de loi “numérique et environnement”, sera également présent pour présenter un keynote.

Ce sujet, souvent tabou, est fréquemment négligé dans la plupart des discussions concernant l'empreinte environnementale du secteur numérique. L’objectif de notre table ronde est de parvenir à une compréhension commune de la situation actuelle, des défis à relever et des perspectives de changement. Les intervenants se pencheront sur l'état d'esprit des entreprises, les innovations technologiques et les réglementations. L’objectif sera de trouver un moyen de préserver l'une des ressources communes les plus vitales et pourtant menacées sur notre planète bleue et dont l'humanité se doit de prendre soin.

Nous vous invitons non seulement à participer à la table ronde, mais aussi à penser différemment ! Et parce que Scaleway a toujours défié le statu quo, nous osons demander à l'industrie de #ComeGreen et d'apporter plus de transparence dans ses pratiques environnementales.

Si vous voulez en savoir plus, vous informer et contribuer au débat, inscrivez-vous !