Une nouvelle proposition de loi se profile au sujet de l'empreinte environnementale du numérique en visant entre autres les datacenters (1).

Début octobre le gouvernement a témoigné de son ambition de faire converger les deux grandes forces transformatrices du 21è siècle que sont le numérique et l’environnement, notamment dans la nécessité d'aller vers des datacenters moins énergivores.

En parallèle, la commission européenne continue sa feuille de route et présente son étude pour des « technologies et politiques efficaces sur le plan énergétique d’informatique en cloud, pour un marché de l’informatique dans le cloud respectueux de l’environnement » qui vise à rendre les datacenter neutres en carbone avant 2030.

Adiabatique : un système de refroidissement par eau avec des technologies de traitement uniques et un WUE dans les plus bas du marché

Scaleway, propriétaire de datacenters depuis plus de 20 ans et 2ème fournisseur de cloud européen, n’a pas attendu cette proposition de loi pour œuvrer significativement dans ce domaine. Un cloud qui donne et a du sens est un cloud qui est avant tout respectueux de l’environnement et de la société dans laquelle il évolue. Nous avons, en effet, une parfaite conscience, en tant que matière première de notre économie numérique, d’être responsable de l’impact de toute l'industrie.


Contrairement à ce que prédisaient les analystes, la consommation d’énergie n’augmente pas proportionnellement à l’activité des centres de données à l’échelle mondiale.

L’impact environnemental des datacenters est sous les projecteurs depuis quelques années, particulièrement concernant leur part dans les volumes de déchets électriques et électroniques et leur bilan carbone. Cependant, l'essor du datacenter correspond aussi à la centralisation d'activités éparpillées dans des entreprises et chez les particuliers. Il ne s’agit donc pas de développer des consommations d’énergie, d’eau et d’équipements électriques et électroniques, mais au contraire de confier leur gestion à des experts.

Quelques chiffres :

  • les datacenters représentaient en 2019 14 % de l'empreinte carbone du numérique en France (2) ;
  • en 2019 les datacenters représentaient 0,08 % de la consommation électrique mondiale (3) ;
  • cette consommation d'énergie est restée stable depuis 2015 malgré un trafic qui a triplé et un usage qui a plus que doublé (4) ;
  • grâce à la démocratisation des centres hyperscale [...] l’activité des Data Centers à l’échelle mondiale devrait doubler d’ici 3 à 4 ans (5).


Des solutions innovantes existent depuis des années !

Les datacenters sont un terrain de jeu très fertile pour les innovations qui ont du sens, et c’est à chacun d’entre nous, clients et acteurs du numérique, de changer nos habitudes.

Les experts du datacenters ne sont bien évidemment pas des philanthropes. Chaque acteur économique a un objectif premier qui va en l'occurrence dans le sens de notre environnement : la rentabilité et donc l’économie des ressources. Les grands postes de dépenses de notre industrie sont : l’énergie, l’eau et le matériel électrique et électronique.

Adiabatique : fin de la climatisation au profit de technologies de pointe qui assurent un mélange d'air intérieur et extérieur permettant une température stable et optimum pour nos matériels et ceux de nos clients

Scaleway se démarque

Ainsi chez Scaleway, au-delà de l’évidence qu’étaient pour nous des datacenters uniquement alimentés en énergies renouvelables, conscients de l’empreinte carbone et de l'utilisation de ressources naturelles, nous avons breveté un système unique de refroidissement de datacenter avec un des taux de PUE (Power Usage effectiveness) et WUE (Water Usage Effectiveness) le plus faible au monde. Notre système adiabatique fait fi de tous les usages du marché tels que les tours de refroidissement qui gâchent des millions de mètres cubes d’eau potable, un processus caractérisé par des risques sanitaires et environnementaux considérables.

Privilégiant les chiffres aux grands discours, nous sommes le seul acteur au monde à mettre en place le Real Data Center Efficiency qui sera communiqué tous les ans pour tous nos datacenters. L'approche de Scaleway consiste à combiner le PUE et le WUE, de les rapporter chacun à l’usage réel de chacun de ses datacenters, qui se mesure en mégawattheure (MWh), et donc de pondérer le PUE et le WUE par rapport aux usages répartis et non pas par rapport au datacenter le plus efficace, ce qui serait trop facile et trompeur. Nous faisons ensuite la moyenne des deux. C’est ainsi que Scaleway définit l’indicateur rDCE, ou Real Data Center Efficiency. Ce nouvel indicateur de consommation pondérée est une mesure objective qui permettra aux clients de choisir, en parfaite connaissances des enjeux, leur fournisseur.

Engagé pour des datacenters durables

Scaleway s’engage à créer une économie circulaire réparatrice et régénératrice avec ses partenaires

Nos équipes opérationnelles souhaitent maximiser l’utilisation de nos matériels. Il ne s’agit pas que de trois à cinq ans (la durée de vie moyenne d’un ordinateur en entreprise (6)) mais de pousser le matériel au maximum de sa durée de vie tout en assurant la qualité du service au client. Nous développons donc des logiciels de test de matériel et d'effacement de données ainsi que des méthodes de logistique circulaire et de maintenance, qui permettent une utilisation de nos matériels allant jusqu'à 10 ans.

Le rôle du transport : un facteur à ne pas négliger dans les démarches durables d’un datacenter

Nous pouvons aller encore plus loin et le souhaitons, mais ne pouvons pas le faire seuls. Il est temps de se réunir et de construire des actions communes pour un meilleur avenir. Nous avons besoin des états, des prestataires de transport, des fournisseurs d’énergie et de matériel pour améliorer encore et toujours notre impact environnemental et atteindre le zéro carbone. En effet, quel que soit notre désir d'amélioration, nous reposons en partie sur un marché de l’énergie, qui, en dehors de France, est trop fortement dépendant des énergies fossiles et de leur impact. Nous dépendons de transporteurs qui utilisent ces mêmes énergies ou qui n’ont pas encore pu développer suffisamment les alternatives. Le train par exemple (quatre fois moins d’impact carbone à la tonne transportée qu’un camion, trois fois moins qu’un porte-conteneur (7)) n’est pas encore prêt pour répondre à tous nos besoins.

Au-delà de sa responsabilité environnementale, Scaleway agit également au niveau humain

La responsabilité d’un datacenter ne doit pas s’arrêter là. En tant qu’acteur fondamental du numérique, nous avons une responsabilité sociale forte. Il est de notre devoir de nous assurer que cette nouvelle économie sera équitable pour les femmes, que nous donnons l’occasion aux jeunes de se former et que les personnes handicapées aient leur place pour qu’ensemble nous construisions une société technologique qui nous rassemble. Scaleway travaille ardemment dans ce sens en participant à de multiples initiatives tels 50 in tech, Startup Weekend Women et Les Plombiers du numérique ou en créant notre programme start-up pour accompagner nos courageux entrepreneurs français et européens. Nous tenons, aussi, à faire travailler les entreprises qui œuvrent le plus pour l’insertion et le handicap, soit les entreprises adaptées. Dès que nous en avons l’opportunité, nous faisons appel à ces entreprises. Ainsi tout le hardware en fin de vie après leurs longues années de bons et loyaux services sont confiés à Loxy pour continuer l’effort de réutilisation engagé en interne.

Maintenant c’est à vous de choisir le fournisseur de cloud qui respecte vos valeurs

Mais ne l’oublions pas : c’est avant tout le client qui a l’opportunité et donc le devoir de pousser les fournisseurs dans la bonne direction en étant exigeant sur les valeurs fondamentales que sont le respect de l’environnement, l’intégration sociale, et le respect des droits et des données.

Exigez des mesures, soyez vigilants à la surqualité consommatrice de ressources, assurez-vous de la souveraineté des données. Soyez convaincus que ce sont les acheteurs qui feront bouger le marché car c’est eux qui choisiront ou mettront de côté les entreprises responsables qui dessinent notre économie numérique de demain.

(1) https://www.ecologie.gouv.fr/colloque-numerique-et-environnement-faisons-converger-transitions
(2) http://www.senat.fr/rap/r19-555/r19-55511.html
(3) Selon l’Agence internationale de l'Énergie
(4) https://www.iea.org/commentaries/data-centres-and-energy-from-global-headlines-to-local-headaches
(5) https://www.lebigdata.fr/impact-data-centers-environnement-surestime
(6) Selon Gartner (2016)
(7) Selon UNIFE & CER (2016)