En cette Journée mondiale de l'eau, il est temps de prendre conscience de l'importance de l'eau, de sa véritable valeur et de la manière dont nous pouvons mieux protéger cette ressource indispensable. Cette journée célèbre l'eau et nous sensibilise à la crise mondiale de l'eau. L'un des principaux objectifs de cette journée est de promouvoir l'ODD (objectif de développement durable) n° 6 : l'eau et l'assainissement pour tous d'ici à 2030.

La signification de l’eau diffère selon les individus :

  • Une personne en Afrique survit avec 10 litres d'eau par jour en moyenne.
  • En moyenne, une personne en Europe utilise 400 litres par jour, tandis qu'une personne en Amérique du Nord en consomme 600.
  • On estime qu'un 1,1 milliard de personnes dans le monde n'ont pas accès à l'eau potable.
  • Aussi, 2,4 milliards de personnes dans le monde ne disposeraient pas d'installations sanitaires.
  • Chaque jour, 14 000 personnes décèdent dans le monde, en raison de la présence d'eaux usées non traitées ou de produits chimiques dangereux dans l'eau qu'elles boivent.

et ainsi de suite...

En tant que leader dans les infrastructures cloud et l'exploitation de datacenters, la journée mondiale de l'eau est aussi l'occasion de s'interroger sur les pratiques de notre secteur en matière de consommation d'eau. Aujourd'hui, plus que jamais, il est de notre devoir de proposer des solutions crédibles pour nous permettre de prendre collectivement nos responsabilités afin de préserver notre ressource la plus indispensable.

L'eau : le tabou des datacenters

Le 24 juin 2015, le Wall Street Journal a publié un article portant sur l’utilisation de l’eau dans les datacenters intitulé “Data Centers and Hidden Water Use.” Alors que le secteur doit encore faire face à un regard attentif envers les émissions de carbone et que la rareté de l’eau est sur le point de faire l’objet d’un examen public, nos clients ont besoin de mieux comprendre le problème urgent auquel le secteur est confronté en matière de consommation d’eau.

Il est inadmissible qu'aujourd'hui, en 2021, nous continuions à omettre la consommation d'eau dans le calcul de l'efficacité d'un datacenter. L’accent presque singulier de l’industrie sur la performance énergétique néglige d’autres éléments-clés de la performance environnementale, tels que l’efficience de l’usage de l'eau.

La course à la performance énergétique, enrobée par le vernis marketing, pousse les datacenters les plus efficients, salués par tout le marché, à des pratiques inavouables : le gâchis de millions de mètres cubes d’eau potable dans les tours de refroidissement, lequel est un processus caractérisé par des risques sanitaires et environnementaux considérables. Cette pratique, qui est presque interdite en France, persiste dans certains pays européens et doit être réglementée au niveau mondial. Il est temps de faire face aux conséquences inexcusables des tours de refroidissement et de prendre des mesures concrètes pour changer les choses et les interdire en Europe.

Que fait Scaleway pour économiser l'eau ?

Nous osons prendre des mesures !

Pour Scaleway, son WUE (Water Usage Effectiveness) est un indicateur crucial de son impact environnemental. En tant que premier fournisseur de services cloud à aborder la question de l'utilisation de l'eau dans les datacenters, Scaleway bannit les pratiques qui engendrent la consommation de grandes quantités d'eau et présentent des risques pour la santé, comme les tours de refroidissement. Son objectif est d'avoir un WUE inférieur à 0,15 (la moyenne du marché est de 1,8) dès aujourd'hui.

Au-delà de la mesure de la WUE, notre approche consiste à combiner le PUE et le WUE (Water Usage Effectiveness), de les rapporter individuellement à l’usage réel de chacun de ses datacenters. Le rDCE (Real Data Center Efficiency) se mesure en mégawattheure (MWh), et est utilisé pour pondérer le PUE et le WUE par rapport aux usages répartis et non pas par rapport au datacenter le plus efficace, ce qui serait trop facile et trompeur.

Nous avons éco-conçu, construit et exploité l'un des datacenters les plus durables d'Europe, et nous sommes fiers de proposer à nos clients des produits à haute performance environnementale. Aujourd'hui, nous continuons à consolider notre position en tant que majeur cloud public européen engagé dans la lutte contre le changement climatique à travers l'efficacité énergétique, l'économie circulaire et la réduction de la consommation d'eau.

Innover là où les actions durables comptent le plus - à la source

Le potentiel d'innovation dans ce secteur est énorme. Il n'est pas question de créer n'importe quelle innovation, mais une innovation qui a du sens. C'est à nous tous, en tant que clients et acteurs du numérique, de conduire ces changements.

La responsabilité environnementale de ce secteur doit désormais se concentrer sur ces piliers interdépendants : l'approvisionnement et l'efficacité énergétique intrinsèque du datacenter, ainsi que la consommation et la préservation de l'eau. En faisant les bons choix éthiques, réglementaires et technologiques, les bénéfices de la numérisation du monde ne seront pas annulés par des impacts écologiques délétères. Nous nous engageons à traiter le sujet à la source en mesurant toutes nos activités avec un indicateur pondéré.

Il nous faut des politiques environnementales au niveau européen, qui prennent en compte l'eau dans l'industrie du cloud computing et des datacenters

Vers fin 2019, la Commission européenne (CE) a présenté la feuille de route Green Deal comme solution pour une transition numérique durable. Alors que le cloud n'en est encore qu'aux premiers stades de son développement, il est temps - plus que jamais - de prendre des décisions afin que les bénéfices de la nouvelle économie numérique ne soient pas annulés par des impacts écologiques délétères. Il n'y a aucun doute : l'Europe doit élaborer des politiques publiques ayant un impact à large échelle.

Des actions concrètes peuvent être menées, les initiatives ne sont pas rares. Par exemple, l'utilisation des tours de refroidissement dans les datacenters persiste dans certains pays européens. Compte tenu de leur impact extrêmement néfaste sur l'environnement, nous pensons que des mesures concrètes devraient être prises au niveau de l'UE pour les interdire sur notre continent.

Le développement d'alternatives à la climatisation pourrait également être davantage encouragé et mis en avant par les décideurs politiques. L'innovation pourrait être stimulée, soit fiscalement, soit par un accès préférentiel aux marchés publics.

Il est également essentiel de se mettre d'accord, au niveau européen, sur une méthodologie WUE, afin de s'assurer que, lorsque nous faisons référence à la consommation d'eau et aux objectifs d'efficacité, nous parlons tous le même langage.

Un véritable défi sera de ne pas laisser le champ libre aux acteurs non européens pour dicter le niveau des ambitions de l'Union Européenne en matière d'écologie numérique.

A l’occasion de la journée internationale de l’eau, Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, salue nos solutions très concrètes mises en place pour réduire drastiquement la consommation d’eau dans ses datacenters:

“C’est par un soutien à de telles innovations concrètes au sein de l’écosystème que nous pourrons faire du numérique un outil de la transition écologique.

Les transitions numériques et écologiques sont aujourd’hui indissociables. Toute notre action doit consister à promouvoir un progrès maîtrisé et au service d’une modernité respectueuse de l’environnement.

C’est maintenant au niveau européen qu’il est nécessaire de porter une feuille de route ambitieuse permettant de faire changer certaines pratiques, gagner en transparence et réduire l’impact environnemental du numérique à large échelle. La France continuera de jouer un rôle clé sur cet important sujet”.

La transformation durable de notre industrie repose sur deux éléments : l'efficacité et la transparence

La responsabilité environnementale de ce secteur doit désormais se concentrer sur ces piliers interdépendants : l'approvisionnement et l'efficacité énergétique intrinsèque du datacenter, ainsi que la consommation et la préservation de l'eau. En faisant les bons choix éthiques, réglementaires et technologiques, les bénéfices de la numérisation du monde ne seront pas annulés par des impacts écologiques délétères. Nous nous engageons à traiter le sujet à la source en mesurant toutes nos activités avec un indicateur pondéré.

Nous nous engageons à devenir le cloud le plus efficient et transparent dans le monde. Nos engagements sont axés autour de quatre domaines stratégiques essentiels :

  • Maîtriser sa consommation d'énergie et d’eau avec un indice pondéré allant bien au-delà du simple indicateur PUE
  • Militer pour la conservation et l’efficience de l’usage de l’eau
  • S’engager en faveur de l’économie circulaire
  • Sensibiliser nos clients sur l’empreinte environnementale des produits avec un affichage d’utilisation ligne par ligne sur chaque facture d'ici 2021

En espérant que cela servira de tremplin pour une industrie plus durable. Nous appelons l'industrie à #ComeGreen et à suivre notre modèle, notamment en ce qui concerne le bannissement des tours de refroidissement et une communication plus transparente. Cela a du sens !